Tribunes politiques

Les élus du groupe majoritaire – Union de la droite et du centre

Une solidarité départementale à toute épreuve

La crise sanitaire, économique et désormais sociale perdure. Nos pensées sont donc tour­nées vers le personnel soignant, les commer­çants, les familles en situation de précarité, les personnes ayant perdu leur emploi ainsi qu’à toutes les personnes durement tou­chées.

Afin de faire face à cette crise sans augmenta­tion d’impôts comme ils s’y sont engagés, les élus de la majorité départementale préparent un budget primitif 2021 robuste et solidaire pour encaisser le choc, maintenir un niveau d’investissement soutenu et répondre aux besoins des habitants du Doubs. Et ce en complément du plan départemental d’ur­gence de 20 M€ voté en juin qui a eu un effet positif immédiat pour des milliers de Dou­biens, dans le domaine social, auprès du milieu associatif et des acteurs du tourisme.

La bonne gestion financière engagée depuis 2015 permet à la collectivité d’avoir des comptes sains et de poursuivre pleinement sa mission de chef de file des solidarités humaines et territoriales.

Par ailleurs, le Département est aux côtés des personnes en première ligne. Il a ainsi permis, dans son champ de compétence, le verse­ment d’une prime de 1 000 € par équivalent temps plein aux professionnels des SAAD fortement mobilisés pendant le confinement du printemps dernier : personnels des SAAD, assistants familiaux…

Dans ce contexte incertain, la majorité dépar­tementale continue de porter des projets majeurs pour notre territoire. L’adoption à l’unanimité du Schéma Départemental d’In­clusion Numérique (SDIN) le prouve. Celui-ci permettra le développement de l’offre d’équi­pements et de services à la population. La lutte contre la précarité numérique et l’illec­tronisme est une priorité. L’accès pour tous au numérique ainsi que son apprentissage répondent à des enjeux sociétaux majeurs : emploi, scolarité, santé, relations avec les services publics.

L’intérêt des Doubiens passe avant tout. C’est pour cela que les élus de la majorité pour­suivent et impulsent le développement terri­torial, afin d’anticiper les défis de demain tout en s’adaptant à chaque instant à cette crise.

Christine Bouquin, Françoise Branget, Marie Chassery, Virginie Chavey, Jacqueline Cuenot- Stalder, Catherine Cuinet, Marie-Laure Dalphin, Odile Faivre-Petitjean, Annick Jacquemet, Sylvie Le Hir, Michèle Letoublon, Béatrix Loizon, Florence Rogeboz, Philippe Alpy, Serge Cagnon, Ludovic Fagaut, Philippe Gonon, Jean-Luc Guyon, Denis Leroux, Alain Loriguet, Thierry Maire du Poset, Alain Marguet, Pierre Simon, Michel Vienet, Thierry Vernier.

Les élus du groupe socialiste et divers gauche – Le Doubs Au Cœur

Les écrans sont de plus en plus présents dans nos vies, et en cette période de confinement, c’est une chance. Ils nous offrent la possibilité de continuer à travailler, être en relation avec nos proches, accéder à divers services, nous divertir.

Mais attention. Nous nous exposons à de nouveaux risques dont nous n’avons pas même conscience. Pourtant ils sont bien réels : cyber harcèlement, e-réputation, désinformation (fake news), surveillance et publicités ciblées, données personnelles, cyberdépendance.

Il nous faut apprendre à naviguer en sécurité. Et veiller à ce que nos jeunes, particulièrement exposés, soient prudents. Tout comme on ne laisse pas un enfant seul dans la rue, on ne laisse pas un enfant seul sur le net.

Le Département doit agir auprès des collégiens et pas seulement en distribuant des tablettes.

Il importe de soutenir associations, communes et communautés de communes, pour sensibiliser et aider les plus en difficultés.

Car désormais le numérique est incontournable, pour les démarches administratives par exemple, pour chercher un emploi… L’ordi s’invite toujours plus dans nos vies, il a remplacé l’annuaire et bien d’autres documents papier.

Et confinement rime aussi avec isolement, surtout pour nos aînés.

En ces temps troublés, la seule personne vue dans la journée, c’est parfois l’aide à domicile qui assure ainsi le soin et le contact humain. Veillons à ce que ce travail soit revalorisé ; il est aujourd’hui mal payé, et pourtant ô combien nécessaire !

Il importe que le Département ne mise pas tout sur la réduction de la dette : il faut apporter du crédit et des crédits à celles et ceux en premières lignes ! Surtout que les finances le permettent et que cet argent alimente aussi l’économie de notre territoire.

David Barbier, Frédéric Barbier, Christine Coren-Gaspéroni, Claude Dallavalle, Magali Duvernois, Gérard Galliot, Philippe Claudel, Raphaël Krucien, Géraldine Leroy, Rémy Nappey, Danièle Nevers, Martine Voidey.