À Bethoncourt, petits et grands bien dans leur assiette grâce à La Cafet’

Photo : Lionel Georges

L’équipe de La Cafet’ accueille en moyenne 200 personnes par jour.

Chaque jour ou presque, le restaurant du Centre de formation des apprentis (CFA) du Pays de Montbéliard situé à Bethoncourt accueille, midi et soir, en moyenne plus de 200 personnes, apprentis, stagiaires de la formation professionnelle, personnels mais pas seulement. Les élèves des écoles primaires de la ville y viennent aussi et ceux fréquentant les centres de loisirs, hors période scolaire, bénéficient de ce service en livraison. Depuis septembre 2021, La Cafet’ produit et livre également en liaison froide la structure périscolaire de la ville de Vieux-Charmont.

Utilité sociale du projet

« Il y a quatre ans, nous avons voulu réorganiser le système de restauration qui ne convenait plus. L’expérimentation d’une Structure d’insertion par l’activité économique (SIAE) a alors été initiée avec plusieurs objectifs : garantir un service de qualité à prix abordable, travailler en circuit-court avec des produits frais, répondre aux besoins du territoire en termes d’emplois et d’insertion et aux besoins de ce secteur de la restauration dont les métiers sont en tension », explique Fabrice Piguet, chef et responsable de La Cafet’. L’expérimentation concluante et confirmant l’utilité sociale du projet a en effet permis de créer, en octobre 2020, l’association La Cafet’* qui porte l’activité depuis janvier 2021 dans le cadre d’un chantier d’insertion.

Montée en compétences des salariés en insertion

À ce jour, six salariés à temps partiel en insertion sont ainsi employés en tant qu’agents polyva­lents de restauration. Mise en place des buffets, production, plonge, service et encaissement, ils opèrent un roulement sur tous les postes et chaque jour, un salarié cuisine un plat chaud avec le chef Philippe Broggini : « L’objectif est une montée en compétences progressive, dans le cadre d’un contrat à durée déterminée d’insertion de six mois qui peut être renouvelé. Dernièrement une salariée a souhaité poursuivre et prépare un CAP pâtisserie ». Tous bénéficient également d’un accompagnement sur le plan socio-professionnel et suivent obligatoirement une formation (remise à niveau français langue étrangère, bureautique, technique de recherche d’emploi…). Siham, elle, n’en tire que du positif : « En un an, j’ai beaucoup appris, je me suis formée, j’ai travaillé en équipe. J’ai d’ailleurs envie de continuer de me former pour pouvoir ensuite rechercher un emploi ».  Le Département accompagne La Cafet’ dans le cadre du Plan départemental de l’insertion et de l’emploi.

*constituée du CFA du Pays de Montbéliard, des SIAE Frip’Vie, Fer Ensemble et Travaillons ensemble et des syndicats professionnels de la restauration UMI et GMEI.

Magali Duvernois, conseillère départementale du canton de Bethoncourt

« Je salue l'innovation sociale et la collaboration dont ont fait preuve les différentes structures d'insertion. Elles sont essentielles dans le développement de notre canton et plus largement du territoire. Toutes nos félicitations à Fabrice Piguet pour cette initiative. Le Département se doit d'être présent en termes d'insertion et de circuit court aux côtés de ses partenaires »

Dans la même catégorie dans ce numéro :