Assistant familial, « bien plus qu’un simple métier ! »

Photo : Ilyes Receveur

« Notre rôle est d’abord de leur réapprendre à vivre le noyau familial », confient Katia et Ghislain Odille.

Des enfants qui partent à vélo dans le quartier, des ados qui se taquinent et déambulent dans la maison, une ambiance familiale et détendue avant le dîner… En arrivant dans la famille Odille, on ne s’imagine pas être dans une famille d’accueil et pourtant : Katia et Ghislain sont tous deux assistants familiaux. Ils s’occupent actuellement de cinq adolescents qui ont dû être séparés de leurs parents de manière temporaire.

Nous sommes une grande famille recomposée ! Nous avons chacun des enfants d’une union précédente qui sont maintenant adultes. Et nous voulions donner de l’amour à d’autres enfants mais ensemble », précise Ghislain quand il commence à raconter leur histoire.

« 24 heures sur 24 »

« Assistant familial, c’est 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, cela engage le couple, et même souvent la famille tout entière. C’est bien plus qu’un simple métier ! Notre rôle est d’abord de réapprendre à ces enfants à vivre le noyau familial, avec ses règles, ses droits et ses devoirs ! Parfois certains n’ont jamais connu cela. Nous tenons par exemple à ce qu’ils aient chacun une chambre, c’est important qu’ils aient leur jardin secret pour se reconstruire… », explique le couple qui ne veut surtout pas qu’on les considère comme des héros ; ils préfèrent parler de vocation, d’engagement, du projet d’un couple.

Un accompagnement essentiel

Les assistants familiaux travaillent en étroite col­laboration avec les éducateurs, psychologues et médecins du Pôle enfants confiés de leur sec­teur. « C’est un métier qui demande un inves­tissement personnel fort et le travail avec les agents du Département est primordial ! Ils sont disponibles, nous écoutent, nous font confiance et cet accompagnement est essentiel ! Quand on fait ce métier, il ne faut pas avoir peur de dire quand on a besoin d’aide », concluent-ils.

Le métier en couple

Katia, 64 ans, et Ghislain, 55 ans, accueillent cinq enfants dans leur grande maison de Lantenne-Vertière. « Matéo et Louis, des jumeaux de 13 ans, sont chez nous depuis leur sortie de la maternité. Six mois plus tard, Emma, aujourd’hui âgée de 15 ans, les a rejoints. Nous avons ensuite accueilli une dizaine d’enfants avec des histoires et des parcours très différents les uns des autres. Julien, désormais âgé de 16 ans, est à la maison depuis trois ans maintenant. Et Marion, 14 ans, nous a été confiée en urgence en décembre dernier. Tous les cinq s’entendent plutôt bien, ils se comportent même comme des frères et soeurs le plus souvent. » Avant de devenir assistant familial, ils travaillaient ensemble dans la grande distribution. Depuis 2004 pour Katia et 2008 pour Ghislain, ils ont choisi de changer radicalement de métier pour se consacrer aux enfants confiés au Département. « L’idée m’est venue quand j’ai rencontré la femme d’un de nos collègues, elle-même assistante familiale. J’avais envie d’autre chose, de me consacrer à aider ces enfants », précise Katia.

LE SAVIEZ-VOUS ? 1428 enfants étaient confiés au Département au 1er janvier 2021

 

POUR DEVENIR ASSISTANT FAMILIAL  :

  • S’inscrire à une réunion d’information à Besançon, Montbéliard ou Pontarlier, en téléphonant au service de Protection maternelle et infantile (PMI) du Département : 03 81 25 86 31.
  • Une évaluation à votre domicile est ensuite réalisée par les services du Département.
  • À l’issue de cette évaluation et si vous remplissez les conditions, l’agrément vous sera délivré par le Département du Doubs.
  • Vous pourrez ensuite solliciter un emploi auprès du Département du Doubs, mais aussi auprès d’autres employeurs en placement familial.
  • Un stage préparatoire de 60 heures est obligatoire avant tout accueil d’enfant.
  • Il sera suivi d’une formation de 240 heures, dispensée en cours d’emploi, sur une période de 18 à 24 mois. Elle prépare au Diplôme d’État d’assistant familial.
  • Un assistant familial est rémunéré en fonction du nombre d’enfant(s) à charge.
  • Recruté par le Département, l’assistant familial dispose des mêmes droits que les agents de la collectivité en matière de formation continue, de protection sociale complémentaire et d’action sociale.

Plus d’informations  :  page dédiée sur le site du Département

Dans la même catégorie dans ce numéro :