Donner un souffle nouveau à des mamans en difficulté

Photo : Lionel Georges

Gestion de ses angoisses, plus grande confiance en soi, meilleure connaissance de son corps…

Expérimentation réussie pour l’action collective « S’occuper de soi pour mieux s’occuper des enfants par la sophrologie », mise en place au premier semestre 2022 à Montbéliard par le Département dans le cadre de l’Action éducative à domicile (AED), mesure éducative de prévention.

Audrey, Céline, Flo­rence et Julie, quatre mamans dont les enfants sont suivis en AED (Action éducative à domicile), n’ont pas hésité lorsque cette action collective, reposant sur la sophrolo­gie, leur a été proposée. Élaborée par l’éducatrice référente de l’AED en lien avec la coordinatrice du Programme de réus­site éducative (PRE) de Montbéliard, elle s’est déroulée durant quatre mercredis de suite en début d’année. « Pour avoir une régularité, relate Sabrina Barras, la sophrologue. Tout doucement des réflexes s’ancrent, se créent des premières connexions et chacune va y trouver son compte ». Et d’expliquer : « La sophrologie est une méthode de bien être très puissante, qui permet de connaître, identifier et gérer ses émotions, de mettre de la distance et d’avoir un vrai moment de pause, de détente ». Une dernière séance leur a permis d’affiner ces pre­miers outils transmis.

Les enfants le ressentent

Toutes ne connaissaient pas la sophrologie mais avaient le même besoin d’être aidées dans un contexte de rapports com­pliqués et tendus avec leurs enfants. « Je suis seule avec mes quatre enfants, dont ma dernière qui a un handicap, et je me sen­tais dépassée, confie Flo­rence. J’ai appris à moins m’énerver et je vais mieux. Les enfants le ressentent, il y a un effet miroir ». Audrey confie également être plus apaisée avec ses deux enfants, moins crier, prendre plus de temps pour elle. « Le vrai défi était de leur faire comprendre que j’avais besoin de m’accor­der du temps pour avoir un esprit plus détendu, raconte Céline. On arrive aujourd’hui à prendre plus de recul même si ce n’est pas toujours évident ».

Bilan très positif

Gestion de ses angoisses, plus grande confiance en soi, meilleure connais­sance de son corps… le bilan est plus que positif pour les mamans mais aussi pour les enfants. Pris en charge par la coor­dinatrice du PRE pendant ces séances, ils restaient proches d’elles et ont pu percevoir le bien que leur procurait la sophrologie. Certains l’ont d’ailleurs exprimé, en souhaitant que leur maman continue. Ce que chacune compte faire, en allant même plus loin. « Ma fille a compris et progressé et j’aimerais aussi l’initier à la sophro­logie », avoue Céline. Cette action collective, est venue appuyer les objectifs travaillés avec les familles et la référente en AED, et ouvrir de nouvelles pistes de travail et de sou­tien. Une réflexion est en cours pour une reconduc­tion à l’automne.

Dans la même catégorie dans ce numéro :