Le numérique au service d’une meilleure qualité de vie dans les EHPAD

Photo : Laurent Cheviet

« Cela ne peut être que du mieux pour nous », se confie Liliane, 85 ans, résidente à l’EHPAD Franche Montagne à Maîche.

Les conditions d’accompagnement et de prise en charge dans ces établissements sont une priorité pour le Département. La collectivité encourage et soutient fortement l’émergence de projets numériques innovants dans plusieurs EHPAD* du Doubs.

Huit établissements associatifs et publics ont été retenus dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt départemental ouvert en 2020 aux EHPAD* habilités à l’aide sociale du Doubs. Objectif : leur proposer de s’investir dans une démarche exemplaire d’innovation et de mobilisation des outils numériques au service de la bientraitance et de la qualité de vie au travail. Tous ont bénéficié d’un accompagnement méthodologique du Pôle de gérontologie et d’innovation (PGI) Bourgogne-Franche-Comté qui a réalisé un guide, communiqué à tous les EHPAD du Doubs, pour appréhender les différentes solutions offertes par le numérique.

Pour une autonomie accrue de nos résidents

« Le résident debout, c’est le cœur de notre projet ! », explique Philippe Régennass, directeur de l’EHPAD* Franche Montagne à Maîche, établissement médico-social privé géré par la Mutualité Française Comtoise, qui a été retenu. « Notre finalité est de mobiliser des outils numériques innovants pour une autonomie accrue de nos résidents, dans un cadre sécurisé et favorisant une liberté optimisée. Il a fallu passer de l’idée au projet et nous avons été accompagné par le PGI qui a permis à toute l’équipe d’exprimer le pourquoi et le comment du projet, pour quels résultats attendus, sans oublier les critères d’évaluation de ce projet ».

Des dispositifs d’alerte et de détection

Trois solutions numériques ont été choisies et sont actuellement en phase d’installation : un dispositif d’appel malade rénové, moderne, doté d’un système d’alerte qui va notamment permettre au personnel soignant de réagir avec une plus grande réactivité ; un dispositif de détection, prévention et prédiction des chutes qui va analyser en temps réel les mouvements inopinés de la personne âgée dans sa chambre, et ainsi détecter tout type de chutes sans produire d’image pour le respect de son intimité ; un dispositif anti-errance pour contribuer à la mobilité des résidents désorientés, tout en maintenant leur liberté d’aller et venir, pour plus de sécurité, de confort et de dignité.

Une plus grande réactivité pour le personnel

Marie Bouhélier, cadre infirmière, Maëlle Clergeot, psychomotricienne, Lydie Martin, infirmière, Aline Zobenbuller et le docteur Gilles Barthès, c’est toute une équipe qui est également mobilisée pour ce projet « qui va améliorer la prise en soin des résidents et notre quotidien ». Liliane Magnien, 85 ans, résidente et présidente du Conseil de la vie sociale au sein de l’EHPAD* raconte : « J’ai fait une chute à côté de mon lit il y a quelques mois et je n’ai pas réussi à me faire entendre. Cela ne peut être que du mieux pour nous ». Ces outils numériques permettront aussi à l’équipe d’aller plus loin dans la compréhension des chutes et des problèmes des résidents, afin de répondre plus vite aux besoins médicaux et d’être aussi dans la prévention. « Il faut que nous puissions être encore plus transparents, estime Philippe Régennass, et ces outils vont favoriser une plus grande traçabilité et une plus grande réactivité. Nous le devons aux familles qui nous confient leur proche ». Pour chaque EHPAD*, le soutien financier du Département peut atteindre jusqu’à 85 % de la dépense totale plafonnée à 200 000 euros. Au total, la collectivité a voté une enveloppe budgétaire départementale de deux millions d’euros dédiée à l’investissement du numérique dans les établissements retenus.

*Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD)

Annick Jacquemet, conseillère départementale du canton de Saint-Vit

"Ces nouvelles technologies vont amener plus de confort aux résidents et permettre au personnel de travailler dans les meilleures conditions possibles. Que de nombreux établissements s'engagent, c'est formidable. Mon souhait était que l'on puisse identifier et proposer les différentes solutions pour les aider à choisir et je veux souligner l'important travail qui a été fait par le Pôle de gérontologie et d'innovation (PGI)."

Dans la même catégorie dans ce numéro :