Sept femmes pour un livre et une thérapie

Photo : Elona Massoni

Encadrées par Lina Khei, praticienne en art thérapie, elles se réunissent chaque lundi depuis janvier 2022.

Un groupe de femmes des quartiers de la Petite Hollande et Chiffogne à Montbéliard se reconstruit par l’art thérapie. Ces mères de famille ont subi des violences intrafamiliales, elles ont besoin de reprendre confiance en elles et de créer un projet commun : la conception d’un livre culinaire artisanal.

Encadrées par Lina Khei, prati­cienne en art thérapie qui a éla­boré le projet, elles se retrouvent une fois par semaine depuis le mois de janvier. Jusqu’en juin, elles mettront ensemble leur passion de la cuisine dans les recettes qu’elles souhaitent pré­senter et dans la confection de cet ouvrage.

« Au-delà du partage, de l’ouver­ture sur le groupe et la socialisa­tion qu’engendrent les séances, il y a un vrai travail de formation, qui leur permettra d’ajouter cette com­pétence à leur curriculum vitae (CV) » expliquent Adeline Caval­lin et Léontine Peter, assistantes sociales à Montbéliard, à l’origine du projet. Les jeunes femmes sont en effet aussi accompagnées par le Centre de formations d’appren­tis (CFA) de Bethoncourt pour la formation culinaire et par Hérilab, le « fablab » de la médiathèque d’Héricourt, pour la reliure et les estampes.

Un pont entre les émotions

Pour l’heure, Lina Khei est avec le groupe, chaque lundi, dans son atelier : « L’art thérapie est un medium, un moyen d’expression. C’est un mécanisme instinctif qui passe par les mains, formant un pont entre les émotions et le travail que l’on réalise. Chacune d’elles y trouvera son compte ». Le travail en groupe et les similitudes de parcours de vie ont déjà rappro­ché les jeunes femmes.

« C’est l’art thérapie qui m’a attirée explique Sonia. J’ai la chance que l’on m’ait acceptée et je suis heu­reuse de faire partie d’un projet de groupe ». Khawla, elle, ressent un grand vide. « J’aimerais le remplir et comme j’aime apprendre et comprendre les choses, c’est bien d’être là ». Quant à Hesna, elle veut juste prouver qu’elle existe…

Ce projet multi partenarial reçoit l’appui du Département, de la médiathèque d’Héricourt et de Pays de Montbéliard agglomé­ration.

Dans la même catégorie dans ce numéro :